Souscrire à Syndication

L'AEFE à Madagascar

Le réseau des établissements à programme d’enseignement français à Madagascar

1) - Un réseau d’établissements à programme français (REFM)

Le réseau des établissements à programme d’enseignement français à Madagascar regroupe les établissements figurant sur l’arrêté annuel publié par le Ministère français de l’Education Nationale. Cet arrêté fixe chaque année la liste des établissements scolaires français à l'étranger qui sont reconnus comme satisfaisant aux conditions prévues par les articles du code de l'éducation relatif aux établissements de l’étranger. La scolarité accomplie par les élèves dans ces établissements est assimilée à celle effectuée en France dans un établissement d'enseignement public, en vue de la poursuite des études et de la délivrance des diplômes.

2) Evolution du réseau :

L'école primaire Française de Fort Dauphin a été deconventionné au 1er septembre 2012, un nouvel accord de partenariat a été signé avec l'AEFE.
Le cycle lycée de l'établissement René Cassin de Fianarantsoa a été fermé à cette rentrée 2012.

3) - Les établissements du réseau d’enseignement français à Madagascar

27 établissements
12198 élèves constituent ce réseau.
4736 élèves de nationalité française soit 39%
6979 élèves de nationalité malgache soit 57%
483 élèves étrangers tiers soit  4%

     

On distingue les établissements de l’AEFE (EGD et conventionnés) et les établissements homologués ayant signé un accord de partenariat avec l’AEFE:

a) - Les établissements de l’AEFE (EGD + conventionnés)

Ces établissements scolarisent 85 % des élèves français du réseau. Ils accueillent également 25 % des élèves malgaches et 40 % des  élèves étrangers tiers.

Au niveau de leur gestion, ils relèvent soit :

  • directement de l'AEFE, l’Etablissement en Gestion Directe (EGD) : c’est le cas du Lycée Français de Tananarive (LFT) et des 4 Ecoles Primaires Françaises (EPF) qui lui sont rattachées.
  • d’une convention signée entre les associations de parents d’élèves gestionnaires (APE) et l’AEFE : c’est le cas des établissements conventionnés de province au nombre de sept (7): les lycées Français de Tamatave et de Diego Suarez, les collèges Français de Tulear, de Fianarantsoa, Antsirabe, Majunga et l'école primaire française de Nosy-Be.
Effectif élèves

Les effectifs globaux sont de 5972 élèves en 2012, soit 49 % de l’effectif total du réseau (établissements EGD, conventionnés et homologués)

4023 élèves de nationalité française soit  67,5 % de l’effectif
1750 élèves de nationalité malgache soit  29 % de l’effectif
 199 élèves étrangers tiers soit  3,5 % de l’effectif

b) - Les établissements homologués ayant signé une convention de partenariat avec l’AEFE

Ces établissements de droit malgache s’engagent à respecter les principes et les caractéristiques fixés par le Ministère français de l’Education Nationale pour bénéficier d’une homologation.
Dans le cadre de cet accord l’AEFE s’engage à assurer le suivi en expertise et conseil de ces établissements afin de garantir les conditions de l’homologation.

A la rentrée 2015, ces établissements sont au nombre de 15 : 7 à Tananarive et 8 en province.

Leurs effectifs globaux sont passés de 5215 élèves en 2001 à 6226 élèves en 2012.
Ils scolarisent cette année 713 élèves français (soit 11,.5 % de leurs effectifs), 5229 élèves malgaches (soit 84 % de leurs effectifs) et 284 élèves tiers (soit 4,5 % de leurs effectifs).

4) - Une population scolaire spécifique

Sur les 4736 élèves français scolarisés dans l’ensemble du réseau, 60% bénéficient d’une aide à la scolarité du gouvernement français, ce qui place Madagascar au premier rang des pays bénéficiaires.
Pour prendre pleinement en compte cette réalité, l’AEFE accorde  également des bourses de transport, d’internat, et de demi-pension.
Afin de favoriser l’intégration, dès le plus jeune âge, d’enfants peu ou pas francophones, issus de milieux très défavorisés, l’AEFE autorise l’octroi de bourses scolaires aux élèves de maternelle, dès l’âge de trois ans.
Les lycées de Tananarive, Diego-Suarez et Tamatave ainsi que le collège de Tuléar et Fianarantsoa disposent d’internats.

5) - Un enseignement français

Les établissements du REFM mettent en œuvre les programmes français de la petite section de maternelle à la Terminale et permettent l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences.
Des aides personnalisées et un accompagnement particulier sont prévus pour les élèves qui montrent des difficultés d’apprentissage.

6) - Une politique des langues ambitieuse

Les élèves bénéficient d’un enseignement de/en malgache sur l’ensemble de la scolarité, d’un enseignement de/en anglais de plus en plus précoce (à partir du CP ou du CE1). Ces enseignements de langues se font en groupes en fonction des compétences des élèves.
L’enseignement en français tient compte de la langue maternelle des élèves. Des démarches pédagogiques spécifiques du français langue de scolarisation sont préconisées pour l’accueil des élèves non francophones.
En collège, les élèves ont accès à une quatrième langue.

7) - Une politique de formation des enseignants

Un dispositif de formation continue, s’adressant à l’ensemble des personnels (établissements AEFE et homologués), a été instauré. Il propose chaque année un plan de formation (PRF) et permet l’acquisition d’une culture commune de réseau, condition nécessaire à un fonctionnement plus homogène et plus complémentaire pour répondre aux demandes de scolarisation de publics extrêmement variés. Il favorise les échanges d’expériences et l’accompagnement des nouveaux enseignants dans leur métier, notamment dans les établissements homologués. Il s’appuie sur des actions spécifiques à chaque degré et sur des actions communes aux deux cycles. Des référents sont désignés dans les établissements homologués. Un reseau de formateurs constitués de personnels expatriés et de résidents accompagnent les recrutés locaux. Ce resau est formé, d'une part d'expatriés enseignants ayant des fonctions de conseils pédagogiques bénéficiant d'heures de décharge d'enseignement et, d'utre part, de professeurs résidents. Deux académies partenaires, Orléans-Tours et la Réunion, participent à cette formation.
Les synergies avec les établissements culturels (l’Institut français et les Alliances françaises) sont vivement encouragées ainsi que l’ouverture sur le milieu par la mise en œuvre d’actions et de partenariats avec les établissements scolaires locaux.

8) Le comité de pilotage de la Mutualisation:

La mise en œuvre et le suivi de la formation continue (premier et second degré) des établissements du réseau sont assurés par un groupe de pilotage constitué de deux Chefs d'établissement des homologués, du Proviseur et de l’Agent comptable du lycée de Tananarive, de l’Inspecteur de l'Education Nationale (IEN), du Proviseur du lycée de Tamatave et du coordonnateur délégué de l'AEFE.

Pour le premier degré, l’évaluation et l’animation pédagogique sont assurées par l'IEN et deux conseillers pédagogiques.

9) - L’encadrement


 Dans les établissements relevant de l’AEFE (EGD et conventionnés) sont affectées les catégories suivantes de personnels :

a) Agents expatriés

Ces agents bénéficient du statut de fonctionnaire détaché. Ils perçoivent leur salaire français, auquel s’ajoute une indemnité d’expatriation et des majorations familiales pour leurs enfants. Ils sont chargés de tâches d’enseignement, d’encadrement et de coordination. Les missions des enseignants évoluent vers des fonctions de conseillers pédagogiques dans le cadre de la nouvelle politique engagée par l’AEFE.

b)  Agents résidents

Ces agents, comme les expatriés, bénéficient du statut de fonctionnaire détaché. Ils perçoivent le salaire français auquel s’ajoute une indemnité spécifique de vie locale (ISVL) et un avantage familial à la hauteur des frais de scolarité pour leurs enfants.

c) Agents en contrat local

Ces agents sont soumis au code du travail malgache. Ils bénéficient d’un contrat de droit local. Le salaire est variable selon les établissements.

Dans les établissements homologués,
l’ensemble des personnels relève d’un contrat de travail de droit malgache. Pour respecter les critères de l’homologation, des titulaires du Ministère français de l’Education Nationale sont détachés dans ces établissements. Ils doivent alors demander un détachement direct auprès du Ministère de l’Education Nationale sous couvert du SCAC de l’Ambassade de France

10) - Les modalités de recrutement

La liste des postes vacants ou susceptibles de l’être est publiée (en janvier-février de chaque année) et mise à jour sur le site de l’Ambassade de France à Tananarive ; elle figure également sur le site de l’AEFE.
 
En ce qui concerne Madagascar, tous les renseignements sont disponibles :
  • sur le site de l'Ambassade de France à Madagascar : www.ambafrance-mada.org (rubrique présence française /réseau scolaire)
  • ou en s’adressant au service de coopération et d’action culturelle (SCAC), coordination du réseau des établissements à programme d’enseignement français à Madagascar : sandrine.rossignol@diplomatie.gouv.fr

11) – Les droits de scolarité

Tous les établissements du réseau perçoivent des droits de scolarité.
Le montant des droits d’écolage reflète la diversité des établissements du réseau.

12) – Des structures immobilières en extension ou en rénovation

L’AEFE et le Ministère des Affaires étrangères et européennes ont fourni et continuent de fournir un effort important sur le plan immobilier.
A Tananarive, l’extension pédagogique du lycée et de son internat est en cours  de finition.

13) – Le coordonnateur AEFE

En septembre 2011, l’AEFE a nommé un coordonnateur délégué de l’AEFE pour l’Océan Indien (Madagascar, Maurice, Seychelles et Comores) affecté à l’Ambassade de France à Tananarive. Installé au sein du Service de Coopération et d’Action Culturelle, en relation étroite avec le Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle, le coordonnateur délégué de la Direction de l’AEFE est chargé de veiller à l’application des directives de l’AEFE et à la mise en œuvre au niveau local de la politique  décidée par le siège de l’AEFE.
Il est également chargé de proposer à la direction de l’AEFE toute mesure notamment en matière budgétaire, de gestion du personnel, de gouvernance, de questions immobilières, d’aide à la scolarité.
En sa qualité de représentant de la Direction de l’AEFE, le coordonnateur est l’interlocuteur privilégié des comités de gestion des établissements conventionnés et accompagne la gestion des établissements en gestion directe (EGD). Dans le cadre de l’accord de partenariat signé entre l’AEFE et les établissements homologués, le coordonnateur accompagne et conseille ces établissements.

14) – Le Service de Coopération et d’Action Culturelle

Le réseau des établissements à programme français de Madagascar dépend du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France (SCAC) sous la responsabilité du Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle.